Lettre de Daniel Beaulieu en réponse à François Gervais.

Propos recueilli par Suzan Sidwell

Bonjour,

Comme tu le sais, ce weekend j’étais à Ferme-Neuve, donc il m’était humainement impossible de te répondre.
De plus, comme tu le sais, afin d’éviter encore et encore des confrontations inutiles et acerbes, j’ai pris comme politique de bloquer tous messages, informations et ou membres de la Fédération. Ne pouvant donc pas avoir accès à ta lettre, j’ai dû me rabattre sur quelqu’un pour qu’il me la lise et ainsi prendre connaissance de ton offre…..
Ton offre est intéressante, dans son ensemble. Je dis bien « ensemble » car, comme c’est majoritairement ma personne qui est la cible de critiques et ou d’interprétations, je ne sentirais pas vraiment « confortable ».

LHJDC, est un média, je suis un PERSONNAGE lorsque je fais et publie mes vidéos et podcasts. Tout ce qui doit s’y dire et s’y faire c’est un peu comme toutes stations de radio ou de télévisions qui dénoncent des faits, une histoire, des évènements.
L’ANCC, par contre, est une association, sans but lucratif, qui sera là pour la défense, le maintien et l’obtention des droits de la base, soit les chauffeurs et les petites entreprises. Nous sommes trois membres fondateurs : Francis Tremblay, Steve Mercier et moi-même.

Je reviens donc à ton invitation « dans son ensemble » car tu y suggère une rencontre, face à face, entre moi ou même l’un de mes représentants. Et c’est sur cette partie de ton invitation que je m’attarde.

Oui, pour le bien de l’industrie, il nous faut cesser ces guerres qui, malheureusement, s’attaquent trop souvent aux individus et non aux organisations. Oui pour le bien de l’industrie et l’avancement de nos droits il nous faut nous organiser. Oui, pour le bien de l’industrie il nous faut cesser d’aller cher la petite bête en arrière qui nous permettra d’attaquer.
Nous nous devons de choisir la cible à viser. Et cette cible ne doit pas être un individu…

La cible se doit d’être l’absence de protection, les nouvelles règlementations, etc.

Voilà pourquoi je t’offre de rencontrer Steve Mercier, co-fondateur de l’ANCC, en face-à-face, dans un lieu à votre choix (vous pouvez en convenir entrevous sur Messenger). Avec Steve, en qui j’ai pleine confiance, tu pourras discuter sans contrainte et, pour imager, il n’y aura pas d’œufs cassés à la fin de votre rencontre.

Il va s’en dire, cependant, que, comme ta lettre le mentionne, cette « rencontre au sommet » se fera à deux et non pas à plusieurs.

En espérant que cette rencontre n’amène que du positif, sois assuré que je crois avoir prouvé jusqu’ici mon grand respect envers une industrie animée par des humains et non des machines.
Sur ce, bonne journée François et bonne route

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


CAPTCHA Image
Reload Image

WP-Backgrounds Lite by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann 1010 Wien